Last Tango In Addis

Un documentaire 90′ écrit par Julien Coquet

Réalisé par Julien Coquet et Abraham Hailé

Co-produit par Blue Nile Films (Ethiopie)

En partenariat avec Buda Musique

« Les trésors, même les plus enfouis, remontent toujours à la surface. »

Ali Tango est un jeune éthiopien de 70 ans, la silhouette fine et élancée. Il vit modestement dans un appartement de la banlieue de Seattle. Derrière ses yeux malicieux et sa barbe blanche soigneusement taillée, se cache une histoire fascinante. Il y a très longtemps, dans les années 60, il était producteur de disques dans son pays d’origine : l’Ethiopie.

A l’époque, Addis Abeba était bercée par une fièvre musicale sans précédent, des années qui correspondent à la fin du règne d’Hailé Sélassié, et que beaucoup considèrent comme l’âge d’Or de l’Ethiopie moderne. Une génération incroyable d’artistes émergea alors au cours d’une production prolifique de plus de 400 vinyles. Une sorte de trente glorieuses à l’éthiopienne (mais sur une période de 15 ans), où la société libéra ses mœurs et inventa un mode de vie à l’avant-garde des pays africains, portée par une insouciance sans précédent. Un âge d’or musical et sociétal qui ne traversera jamais les frontières d’Abyssinie, tant le pays sait garder précieusement ses secrets.

Aujourd’hui, Ali Tango garde toujours précieusement les centaines de photographies et d’archives dans des cartons à chaussures. Il se souvient de sa jeunesse, alors qu’il avait 27 ans et produisait des disques de musique. En regardant les photos, il se remémore Alemayehu Eshèté, Mahmoud Ahmed, Mulatu Astatke, Bezunesh Bekele, Girma Beyene, Tlahoun Gessesse… toutes les stars d’un âge d’or éthiopien qu’il a côtoyées et qui ont travaillé avec lui.

Qu’est devenue cette génération d’artistes ? Ces amis de jeunesse qui peuplent la mémoire d’Ali Tango ? Ont-ils abandonné la musique ? Sont-ils morts, en exil, ou bien toujours vivants ? Il aimerait bien le savoir. Après 40 ans passés en Amérique, il est temps pour lui de retourner dans son pays natal, et de se pencher à nouveau sur les traces de sa propre histoire.